ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Le sport contre la société


Alors que le monde capitaliste connaît la crise la plus profonde, la plus violente et la plus longue qu’il ait connu depuis les années 1930, le "sport" ne semble souffrir d’aucune récession financière, politique ou démographique, nous en voulons pour preuve les grandes compétitions internationale, Jeux olympiques de Londres et Championnat d’Europe de football, qui se dérouleront cette année.
Organisé en institution centrale de la société capitaliste dominante, le sport ne paraît nullement souffrir du développement du chômage, de l’appauvrissement des populations, de l’attaque généralisée contre les services publics d’éducation, de santé, de transport, de l’énergie. Structuré en comités, fédérations ou ligues, le sport mondial est devenu le refuge idéologique de tous les courants politiques qui voient en lui fraternité, démocratie et mérite au point où l’état de crise justifie à lui seul l’organisation de ces compétitions sportives internationales.
Les auteurs démontrent qu’au travers d’une philosophie politique déterminée de la lutte de tous contre tous, de tous contre chacun, de chacun contre tous, et sous couvert de partage, le sport, symbole de la domination la plus outrancière, s’attaque à l’altérité, participant du conformisme humain (sexuel, technique, naissance de l’anthropofacture culturelle...). Il s’attaque également à l’espace vécu et au cadre de vie urbain et non urbain, à la possible existence d’une économie raisonnée, sous l’égide toujours croissante d’une propagande du mérite, du travail et de la productivité...
Le sport en tant qu’institution capitaliste dominante, colonise désormais la vie dans sa totalité, et ne cache plus sa volonté de domination des peuples transformés en "masses".


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net