ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

La véritable tragédie de Panaït Istrati


Fervent partisan de la Révolution russe, l’écrivain roumain de langue française Panaït Istrati est invité à Moscou en 1927, où l’on célèbre le dixième anniversaire de la révolution d’Octobre 1917. Désireux de rendre compte des bienfaits des réformes menées par l’Etat soviétique, il entreprend un voyage de seize mois à travers le pays, avec son ami l’écrivain Nikos Kazantzaki et leurs compagnes respectives, Bilili et Eleni, l’auteur du présent récit.
La "véritable tragédie" dont il est ici fait état est celle de la profonde désillusion de Panaït Istrati, qui, sept ans avant le Retour d’URSS d’André Gide, fut l’un des premiers, dans le camp progressiste, à révéler les méfaits de la contre-révolution bureaucratique orchestrée par Staline. Revenu à Paris, Panaït Istrati témoignera en effet de sa violente déception dans Vers l’autre flamme (rédigé avec Victor Serge et Boris Souvarine).
Considéré comme un traître à la cause révolutionnaire, il paiera de sa solitude son courage et son goût de la vérité - une solitude seulement adoucie par la fidélité de trop rares amis (notamment Nikos Kazantzaki et Victor Serge, dont les correspondances sont ici reproduites).


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net