ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

La Révolution russe, une histoire française

Lectures et représentations depuis 1917


La Révolution russe aura bientôt cent ans, mais on peut douter que son anniversaire fasse l’objet de commémorations. En France particulièrement, on croit savoir depuis Le Passé d’une illusion de François Furet (1995) et Le Livre noir du communisme (1997) qu’elle est à l’origine d’un cauchemar totalitaire aussi dangereux que le nazisme mais plus durable et plus meurtrier. Et pourtant... En 1968, la Sorbonne était ornée de portraits de Lénine alors qu’on redécouvrait Nestor Makhno.
le Parti communiste français, fort de dizaines de milliers de militants et de millions d’électeurs, avait été créé en 1920 justement pour suivre l’exemple des bolcheviks russes. Et, chaque année, le PCF célébrait la " Révolution socialiste d’Octobre ". D’ailleurs, parmi les premiers communistes français qui avaient côtoyé Lénine et Trotski au Kremlin aux temps héroïques on trouve Victor Serge et Boris Souvarine, les pionniers de l’histoire de la révolution et du bolchevisme en France.
Comment un tel retournement, de l’engouement au dénigrement et à l’effacement, a-t-il été possible ? Pour le comprendre, l’auteur propose de suivre les lectures et les représentations données de l’événement en France depuis 1917 jusqu’aujourd’hui. Une large place est accordée aux représentations littéraires ou cinématographiques tant il est vrai, par exemple, que le cliché du " bolchevik en veste de cuir " doit plus à l’Année nue de Boris Pilniak ou au Docteur Jivago de David Lean qu’au travail des historiens.
L’influence de telles oeuvres étrangères est d’autant plus déterminante que, du côté français, c’est d’emblée une vision négative et sensationnaliste qui est véhiculée, notamment par Joseph Kessel. Au fil des interprétations contradictoires des historiens concernant 1917 en Russie, c’est aussi une histoire intellectuelle et politique de la France qui se lit. Même à gauche, le pays de la " Grande révolution " s’y montre beaucoup plus rétif qu’on pourrait le croire vis-à-vis de la nouvelle venue.
Le Parti communiste finit par imposer sa lecture et, dans la France des années 1950-1960, la reprise du discours déterministe des Soviétiques fait longtemps bon ménage avec la prédominance de l’école des Annales. Ainsi, les voix révolutionnaires dissidentes ont été mises sous le boisseau et le tranchant subversif d’Octobre a été bien émoussé. Mai 1968 n’y change rien, pas plus que la publication de travaux essayant de rendre la complexité d’une révolution populaire défaite dans sa propre victoire.
La route était dégagée pour un retour des approches conservatrices que la disparition de l’URSS a ultérieurement galvanisées et médiatisées. Parcours historiographique à travers des auteurs de générations différentes et d’opinions opposées, le travail d’Eric Aunoble éclaire de multiples facettes de la Révolution russe et entend rendre aux " dix jours qui ébranlèrent le monde " une richesse que le statut de modèle ou de repoussoir avait éclipsée.
Le livre se veut aussi un encouragement à reprendre l’étude des années 1917-1921, tant elles peuvent encore apprendre à ceux qui visent l’émancipation aujourd’hui.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net