ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

La révolution kurde

Le PKK et la fabrique d’une utopie


Depuis quelques années, mais surtout depuis le début du siège de Kobanê, à l’automne 2014, le PKK turc et le PYD syrien représentent pour beaucoup d’observateurs un point de convergence de nombreuses luttes « nouvelles » : le combat militaire contre un État islamique obscurantiste ; une forme avancée de féminisme contre le « patriarcat » islamiste et traditionnaliste ; une volonté de promouvoir un « confédéralisme démocratique » post-marxiste et libertaire ; ou encore une manière renouvelée de contester le capitalisme et l’industrialisation à outrance, au profit d’une écologie radicale.
La lutte du parti d’Abdullah Öcalan a d’ailleurs été comparée à celle des Zapatistes au Chiapas et à d’autres mouvements sud-américains. De nombreux intellectuels, tels l’anthropologue anarchiste David Graeber, l’historien Immanuel Wallerstein ou le linguiste Noam Chomsky ont invité à s’intéresser davantage aux expériences inédites en cours au Moyen-Orient. Un tel intérêt apparaît d’autant plus nécessaire que la guerre a repris entre le PKK et l’armée turque, et que la victoire de Recep Tayyip Erdogan aux élections législatives du 1er novembre risque de polariser encore davantage le conflit et, donc, d’édulcorer, freiner voire annihiler ces différentes expériences .
La question kurde au Moyen-Orient – en Turquie, en Iran, en Irak et en Syrie – est en effet au cœur de nombreux enjeux politiques et sociaux qui nourrissent aujourd’hui une actualité brûlante et particulièrement violente. Pourtant, le PKK (Parti des travailleurs kurdes) et ses organisations sœurs restent très méconnus. Fondé en 1978 et dirigé par son chef emprisonné Abdullah Öcalan, ce parti radical, d’abord indépendantiste puis autonomiste, a par exemple développé une théorie de l’« Homme nouveau » et de la « Femme libre » très en marge du féminisme tel qu’on le connaît en Occident.
Ce livre permet donc, d’abord, de re-questionner la genèse idéologique et organisationnelle du PKK, et de mieux appréhender l’utopie qu’il tente de réaliser aujourd’hui. En entrant au cœur de la structure partisane, il offre également une analyse fine de ce que militer au sein du parti ou de la guérilla veut dire. Il propose enfin de mieux comprendre les relations que l’organisation entretient aux États de la région, aux populations kurdes, aux autres partis kurdes et turcs et aux militants anticapitalistes « globaux ».
C’est donc un ouvrage essentiel – accessible, informé et distancié – sur la révolution qui se joue actuellement au Kurdistan.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net