ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Ô pouvoir ô (des)espoirs

Festival de cinéma d’ATTAC,

Publié le mardi 12 novembre 2013

11e éditions du festival Images mouvementées


Ô POUVOIR Ô (DES)ESPOIRS

Il en va des rapports de pouvoir comme de la logique libérale : on veut nous faire croire qu’il ne pourrait pas en être autrement. Dès le berceau, on apprend à se soumettre : aux parents, aux professeurs, aux patrons, aux dirigeants de tout poil. Les occasions d’être dominé ne manquent pas, à plus forte raison si on est une femme, si on est étranger ou si on en a l’air, si on naît pauvre, si on est homosexuel… En fin de compte, on peut tous être le Rom de quelqu’un.
Et la bonne vieille autorité, parlons-en ! Elle a tout de même vite fait de tourner à l’autoritarisme, puisqu’elle s’exerce par la contrainte, la punition, la peur, l’humiliation, au détriment du dialogue, de la coopération, de la non-violence et du respect.
Depuis l’école, on nous impose une logique de compétition et, partout, on valorise la posture du gagnant, du battant, d’où une course effrénée au pouvoir qui peut pousser à toutes les compromissions. À un certain niveau, la politique ne semble plus une histoire de convictions. Pour ainsi dire, personne n’est dupe : on vote sans illusions pour celui qui nous semble le moindre mal.
Notre démocratie a tout d’une coquille vide et même nos élus semblent impuissants face au pouvoir sans limite de la finance.
Décervelés par TF1, conditionnés par des agences de publicité et de communication, saignés par Goldman Sachs, c’est à des pouvoirs tentaculaires auxquels nous avons affaire, qui s’insinuent quotidiennement dans nos vies sans que nous y prenions toujours garde. Nous nous retrouvons souvent démunis face à eux, sans savoir comment riposter.
Ce sont peut-être nos esprits qu’il faut remettre à l’endroit pour découvrir le sens véritable de la liberté, l’autonomie, l’autogestion, la démocratie réelle… Abolir le pouvoir, les hiérarchies. Ne plus accepter que certains subissent la domination des autres. Car au final, à quoi bon s’organiser en société si c’est pour continuer à s’exposer à la loi du plus fort ?
Face à un pouvoir politique qui ne défend pas vraiment nos intérêts, des contre-pouvoirs s’organisent, l’indignation bouillonne, on résiste, on lutte, on cherche de nouvelles voies. Notre-Dame-des-Landes, priez pour nous et contre le nouvel aéroport, protégez-nous des usines à gaz de schiste, amen ! Si les films, les débats et les rencontres que nous proposons ont un pouvoir, c’est bien celui de faire réfléchir. Notre librairie et notre table de presse permettront d’approfondir les idées, les pistes abordées lors du festival. Ensemble, reprenons le pouvoir ou imaginons les moyens de nous en passer !
L’équipe du festival

Depuis 2003, le festival de cinéma d’ATTAC « Images mouvementées » s’emploie à informer et à susciter la réflexion collective sur des questions cruciales de ce début de XXIème siècle en s’appuyant sur une programmation cinématographique exigeante.

Pour cette 11e édition, nous avons choisi comme thème : Ô pouvoir, ô (dés)espoir !Lorsqu’on parle de pouvoir, on pense en premier lieu au pouvoir politique, sans doute car celui-ci est revendiqué explicitement. Mais la question du pouvoir se pose à toutes les échelles : couple, famille, école, associations, entreprises, partis politiques, groupes religieux… A tous les niveaux, on reproduit un système hiérarchisé, sans même s’interroger sur son bien-fondé. Faut-il nécessairement que quelqu’un dirige ? Lorsqu’elle est subie, une autorité peut-elle demeurer légitime ? Et quels garde-fous peuvent prémunir d’une dérive vers l’autoritarisme ? Car subir l’autorité d’autrui peut être violent et destructeur. Le pouvoir s’exerce souvent par la contrainte, par la punition, par la peur, au détriment du dialogue, de la coopération et de la non-violence.

Refuser le pouvoir, l’autorité, la hiérarchie, c’est le projet de l’anarchie. On peut dire que celle-ci est d’une certaine manière à l’œuvre dans certaines structures, entreprises, sous la forme de l’autogestion. Cependant, elle n’a été éprouvée que très ponctuellement en tant que système politique. La démocratie se définit comme le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, est-ce utopique ? Actuellement, notre démocratie représentative semble plus que jamais en échec. Le pouvoir au peuple y est plus ou moins illusoire, le peuple ne sentant pas vraiment ses intérêts portés par ses représentants. La démocratie peut-elle être réinventée ?
Le récent mouvement des indignés aspire à une réelle démocratie, invite les peuples à reprendre leur destinée en main face aux politiques d’austérité qu’on veut leur imposer.Si les citoyens ne font plus confiance au pouvoir politique pour résoudre leurs problèmes, c’est que celui-ci semble impuissant, inféodé au pouvoir économique. La mainmise de la finance est tellement accablante, c’est là que semble résider désormais le seul véritable pouvoir.Prendre le pouvoir sur quelqu’un, c’est lui imposer une domination, voire une oppression. C’est ainsi que les hommes ont soumis les femmes, que des Etats occidentaux ont asservi des colonies et même réduit des hommes et des femmes en esclavage. Dans la plupart des cas, se mettent en place des formes de contre-pouvoir pour tenter de modifier voire inverser le rapport de force : grève, boycott, manifestation… La création de contre-pouvoirs institutionnalisés pourrait permettre d’éviter les dérives autoritaires et provoquer un réel débat démocratique. Certains pouvoirs agissent de manière plus insidieuse pour gouverner nos actes : pouvoir des médias, de la publicité, langue du pouvoir, ainsi que tous les autres outils possibles de propagande.

Le cinéma également possède un pouvoir, et nous allons l’expérimenter ensemble, pour le meilleur.
Pour cette 11e édition, nous proposerons, durant 10 jours :
- une vingtaine de films (documentaires et fictions, longs et courts-métrages),
- de nombreux débats avec des représentants de l’ensemble de la société civile : responsables associatifs, sociologues, philosophes, historiens, représentants syndicaux, cinéastes…
- des séances destinées plus particulièrement aux publics scolaires,
- une table de presse / librairie bien fournie
- et bi

Au cinéma la Clef - 21, rue de la clef - Paris 5°, du 20 au 25/11/13.

Programme complet : http://local.attac.org/images-mouvementees/

Nous y tiendrons une table de presse !


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net