ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Le curé rouge

Vie et mort de Jacques Roux


Si les grands historiens de la révolution française, de Jean Jaurès à François Furet et d’Albert Mathiez à Albert Soboul – sans oublier, bien sûr, Maurice Dommanget qui lui a consacré une étude spécifique* – ont tous mentionné la figure singulière de Jacques Roux, on ne trouvait plus depuis de nombreuses années de biographie retraçant la totalité de son parcours, avec ses zones d’ombre et de lumière. C’est cette absence que Dominic Rousseau vient combler, non seulement parce qu’il tient à sauvegarder l’histoire d’une région où Jacques Roux a exercé, mais aussi parce que les paroles que celui-ci a tenues résonnent aujourd’hui avec une force et une actualité particulières : « La liberté n’est qu’un vain fantôme quand une classe d’hommes peut affamer l’autre impunément. L’égalité n’est qu’un vain fantôme quand le riche, par le monopole, exerce le droit de vie et de mort sur son semblable. » C’est ainsi qu’il interpelle ainsi la Convention qui vient d’adopter la première constitution de la république ne fait pas que lui rappeler de grandes vérités : il réclame qu’elle y inscrive des mesures coercitives contre les responsables de la pénurie et du renchérissement des produits de première nécessité qui rendent si difficile la survie « d’un peuple immense sans pain et sans vêtements », la population laborieuse de Paris dont il est ce jour-là le représentant.
Dans les semaines qui suivront, la Convention votera effectivement des mesures de fixation des prix et de répression contre les spéculateurs. Mais ses dirigeants les plus éminents se retourneront aussi contre cet homme, Jacques Roux, qui est venu leur reprocher de ne pas avoir « tout fait pour le bonheur du peuple. »
Celui qui était il y a encore peu le vicaire d’une modeste paroisse rurale des bords de la Gironde s’est fait au cours de la Révolution le défenseur, le porte-parole, l’aiguillon de ces femmes et de ces hommes du peuple parisien qui ont été au premier rang dans tous les combats mais dont la situation est devenue terriblement précaire.
Si singulier soit-il, le parcours de Jacques Roux éclaire aussi les obstacles qui se dressent devant tous ceux qui, à un moment de leur existence, combattent pour que s’accomplisse cette élémentaire justice : que nul ne s’enrichisse plus par la misère du peuple.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net