ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Dead cities


Une architecture bunkerisée dédiée à la sécurité et au contrôle comme réponse à l’effondrement des Twin Towers. Des répliques d’immeubles allemands et japonais érigées dans le désert de l’Utah pour servir de laboratoire au dernier grand projet du New Deal : la destruction par le feu des villes ennemies. Dévastée par les bombes ou les stylos rouges des spéculateurs immobiliers, la Grande Ville capitaliste s’est révélée particulièrement apte à réaliser certaines prophéties catastrophistes.
Dans ce livre, Mike Davis nous montre que, depuis son émergence, elle n’a cessé d’être associée dans l’esprit des hommes au spectre apocalyptique de sa propre destruction. S’inscrivant dans la tradition marxiste d’Ernst Bloch, il affirme que l’aliénation cognitive produite par la mise au ban de la nature dans l’expérience collective a suscité une angoisse constante tout au long du xxe siècle. Dans une veine à la fois mélancolique et optimiste (le système capitaliste n’est qu’un stade de l’histoire humaine appelé à être dépassé), Mike Davis invite donc à une nouvelle science urbaine qui s’appuierait sur la " dialectique ville-nature ".
Celle-ci permettrait d’envisager la ville dans la totalité des interactions qu’elle entretient avec son " dehors naturel ", et de déjouer les limites actuelles des études urbaines. Cela passe ici par un travail spéculatif s’appuyant sur une hypothèse - la disparition de l’homme - et sur un extraordinaire corpus littéraire et scientifique, où les espèces végétales et animales dansent sur les cendres de nos villes mortes.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net