ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

PROCHAINS DÉBATS

Le mercredi 27 juin 2018 à 20h00
ICôNES DE MAI 68

Présentation du catalogue d’exposition en présence de Dominique Versavel (conservatrice au département des Estampes et de la photographie, BnF) et d’Audrey Leblanc (docteure en histoire et civilisations (Ehess), Université Lille 3) commissaires de l’exposition et
coordinatrices du catalogue // dès 20h dans la librairie (23 rue Voltaire Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation).

L’exposition se déroule du 17 avril 2018 au 26 août 2018 à la Galerie 1 du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.
détails ici :
http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.icones_mai_68.html

Sous la direction de Dominique Versavel et d’Audrey Leblanc

Présentant des photographies de Mai 68, notamment celles de Gilles Caron et de Jean-Pierre Rey, cet ouvrage montre comment leur utilisation par la presse, puis les commémorations successives ont fixé dans la mémoire collective une représentation des événements divergente des faits.
Avec les contributions de Ludivine Bantigny, André Gunthert, Guillaume Blanc et Jean-Claude Lemagny.


Le vendredi 29 juin 2018 à 17h00
FÊTE DE LA CNT 2018

A l’occasion de la Fête de la CNT 2018, la librairie Quilombo tiendra une table de livres durant tout le week-end // à La Parole Errante, 9 Rue François Debergue, 93100 Montreuil (M° Croix-de-Chavaux).

Ces deux dernières années ont encore été marquées du sceau de fortes mobilisations contre la mise en œuvre des orientations politiques du gouvernement toujours plus sécuritaires, répressives et autoritaires envers toutes les personnes qui continuent de se battre pour leurs droits, leur dignité et la justice sociale. Alors que les gouvernements successifs n’ont de cesse d’imposer une société où le règne du « chacun pour soi » serait l’unique règle des initiatives, d’autres organisations sociales ne cessent de faire la preuve que le pire n’est pas inéluctable.

La répression contre les syndicats et les militants s’est généralisée à toutes formes de luttes, aussi défendre ses droits, ses convictions et ses idées devient de plus en plus difficile et dangereux. Dans ce contexte, s’organiser collectivement et proposer d’autres formes d’organisations de la société, d’autres manières de vivre ensemble, de travailler et d’être en lien devient donc plus que nécessaire afin de pouvoir se libérer des rapports de domination et d’exploitation imposés par un système capitaliste engendrant une société de plus en plus individualiste.

Et si aujourd’hui l’on veut nous inculquer que les liens entre les gens sont régis par une logique de consommation, une logique marchande et capitaliste de profit, si les élans de solidarité et d’entraide collectives sont souvent supplantés par la mise en concurrence des individus afin de dissoudre toute forme de résistance collective, explorons les nombreuses initiatives qui contredisent cela : Notre-Dame-des-Landes, Rojava (Kurdistan), solidarité avec les migrantes et migrants, Chiapas (zapatistes), le soutien en Palestine.

À la volonté de faire disparaître les services publics et l’égalité des services pour toutes et tous en privatisant chaque parcelle de ce qui a été construit et gagné de longues luttes, nous opposons l’inter-professionnalisme, l’échange entre tous les acteurs et actrices d’un même secteur d’activité, et le soutien à celles et ceux qui sont les plus défavorisés.

C’est dans ce contexte qu’il nous semble plus qu’indispensable de réfléchir ensemble à un projet d’organisation de la production, de partager et diminuer le temps de travail et collectivement s’atteler à la construction d’une société autogérée par et pour toutes et tous, débarrassée de l’économie capitaliste. C’est à l’utopie de l’autogestion et de l’entraide, de l’unité du travail et de la vie comme épanouissement total de l’individu que nous vous invitons.

Voilà pourquoi une grande partie du festival 2018 abordera les questions des luttes collectives menées et à mener au niveau syndical mais aussi social, économique et écologique pour réfléchir ensemble à tendre vers une société libertaire et égalitaire.

Comme pour les éditions précédentes, de nombreux débats et manifestations seront consacrés à des thèmes aussi divers que NDDL, l’accueil des migrantes et des migrants, la santé, l’anarchosyndicalisme et le syndicalisme révolutionnaire, la culture, les 50 ans de Mai 68, les luttes internationales (Palestine, Sahara), les sections syndicales en lutte (La Rolse nettoyage, ESA, Éducation nationale) et bien d’autres sujets.

Trois jours de rencontres, de débats, de projections, de théâtre, de sourires, de nourriture respectueuse, un salon du livre, de nombreuses associations, un bar accueillant, du soleil (n’en doutons pas) et des concerts !

Pour un week-end en autogestion et en anarchosyndicalisme, une belle parenthèse en utopie.

Venez nombreuses et nombreux vous libérer du travail avec nous car les révolutions seront des fêtes !

http://www.cnt-f.org/festival-cnt/


Le vendredi 28 septembre 2018 à 20h00
RACE D’EP !

Soirée de lancement en présence de l’équipe des éditions La Tempête, le vendredi 28 septembre à 20h // à la librairie (23 rue Voltaire 75011 Paris - m° Rue des Boulets).

« Je descendais une rue perdue, dans un quartier périphérique, à la recherche d’une pissotière mal famée. Sous un pont, deux loubards attendaient, adossés à leurs motos. Et quand je suis passé, ils m’ont crié, pas méchamment : « Race D’Ep ! » Comme j’étais ivre, il m’a fallu quelque temps pour comprendre. Les invertis ne parlent pas verlan. Race d’Ep, pour pédéraste. Un instant, j’avais senti flotter l’ombre d’une autre race. Ce cri, je l’avais moins senti comme une insulte que comme l’évidence résumée de mon appartenance à un autre monde, à une autre Histoire. Une histoire pas si vieille : née il y a un siècle, et dont les débuts pourraient encore être contés par des vivants. Naissance d’une nouvelle identité, devenue en cent ans une quasi-nature. Ils apparaissent un peu avant le tournant du XXe siècle, mutants des arts de l’image et des sciences médicales, se découvrant peu à peu à travers leurs représentations comme une espèce particulière. Entre les guerres, dans les convulsions de l’Allemagne pré-concentrationnaire, ils prolifèrent comme du chiendent, construisant leur propre destin jusqu’à former une nouvelle définition de l’être humain, un peuple dispersé. Un peuple sans mémoire, oublieux aussitôt des expériences vécues et des exterminations. Une conscience d’être autre qui n’est pas éternelle, mais n’est pas née non plus dans la Libération américaine des années soixante, qui a eu il y a un demi-siècle son âge d’or, continent perdu effacé par le bain de sang totalitaire. »
C’est cette histoire inconnue que ce livre, écrit en 1979, veut rendre visible au travers des images qu’elle a créées. La Race d’Ep.


Le mercredi 21 novembre 2018 à 20h00
VIVRE MA VIE. UNE ANARCHISTE AU TEMPS DES RÉVOLUTIONS

A l’occasion de la traduction intégrale de l’autobiographie magistrale d’Emma Goldman, grande soirée en compagnie des traductrices Laure Batier et Jacqueline Reuss // dès 20h dans la librairie (23 rue Voltaire Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation).

Traduit de l’anglais par Laure Batier et Jacqueline Reuss

L’un des plus beaux chants d’amour à la révolte et à la liberté. Un monument de la littérature anarchiste enfin traduit intégralement en français.

Née en 1869 dans l’Empire russe, Emma Goldman s’exile aux États-Unis à seize ans. Pauvreté, exploitation et désillusions l’y attendent. Elle plonge alors à corps perdu dans le chaudron politique et intellectuel. Activiste et conférencière anarchiste aussi célèbre que redoutée, elle sillonne au gré des luttes une Amérique en pleine ébullition. Expulsée en 1919 vers la Russie, accueillie chaleureusement par Lénine, elle découvre une réalité qu’elle ne cessera de dénoncer avec courage tout en poursuivant son inlassable combat pour l’émancipation.
Son époustouflante épopée mêle morceaux de bravoure et moments d’intimité, grands affrontements politiques et la vie d’une femme hors du commun, poésie et quotidien, espoir et désenchantement. Ce texte magistral est à la fois une fresque historique qui donne le vertige, tant on y croise toutes les grandes figures révolutionnaires, une œuvre puissante d’une rare sensibilité et l’un des plus beaux chants d’amour à la révolte et à la liberté. Un monument de la littérature anarchiste enfin traduit intégralement en français.


Les débats déjà organisés par Quilombo
Le mardi 12 juin 2018 à 20h00
Tout

Soirée de lancement en présence de l’auteur Manus Mc Grogan // dès 20h dans la librairie (23 rue Voltaire Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation).


Le mardi 5 juin 2018 à 20h00
Hével

Présentation-débat en présence de Patrick Pécherot // dès 20h dans la librairie (23 rue Voltaire Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation).


Le jeudi 31 mai 2018 à 20h00
On achève bien les éleveurs

Présentation-débat en présence d’Aude Vidal et de Jocelyne Porcher // dès 20h dans la librairie (23 rue Voltaire Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation).


Le samedi 19 mai 2018 à 18h00
Avant-première du Festival Istrati 2018

Grande soirée festive // dès 18h dans la librairie (dans la librairie (23 rue Voltaire Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation).



Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net