ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Ma judéité


En 1974, Günther Anders entreprend à la fois de raconter et d’éclairer l’héritage qui fut le sien : fruit de plusieurs générations de Juifs allemands qui avaient cru à l’assimilation, ayant découvert son identité à travers le rejet violent de ses condisciples chrétiens, puis persécuté par le nazisme et exilé définitif, il se décrit comme l’un des « derniers Juifs » ayant regardé l’Allemagne comme leur patrie. Ce volume comprend également une nouvelle intitulée Learsi (anagramme d’Israël),
fable philosophique, ainsi qu’en annexe des poèmes et deux lettres : l’une adressée en 1948 à son neveu qui vient de naître à Jérusalem, avec pour instruction de la lire lors de ses 15 ans, et le mettant en garde contre les possibles dérives liées à l’institution d’un État juif ; l’autre datant de 1982 et publiée alors dans la presse, adressée à la communauté juive de Vienne.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net