ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Les cosmonautes ne font que passer


Le roman nous plonge dans la Bulgarie communiste de la fin des années 80. A travers le regard d’une fillette de 7 ans, nous découvrons le quotidien "gris clair ou gris foncé" de la dictature. Pour tromper son ennui, la narratrice s’approprie la légende du cosmonaute dont son école honore le nom : Iouri Gagarine. Fascinée par la conquête spatiale soviétique, vantée par son grand-père, communiste émérite, elle se découvre une vocation, ou plutôt une mission secrète : devenir à son tour une héroïne de l’Espace.
La chute du mur de Berlin va sonner le glas de ces enfantillages. La gamine qui se préparait à l’envol en Spoutnik déchante à mesure qu’elle découvre l’envers du décor : si ses parents se cachaient des heures entières dans la salle de bain, c’était pour écouter Radio Free Europe en espérant la fin de ce régime honni. Parmi d’autres mensonges déconcertants, elle apprend que le père Gel, alias le Père Noël, n’existe pas ou que Iouri Gagarine ne fut pas le premier homme à s’approcher de la lune… Quelques années plus tard, l’heure de la "Transition démocratique" a sonné.
Alors que fleurissent les sex-shops dans son quartier, nous retrouvons notre narratrice en pleine métamorphose adolescente. Depuis qu’elle a entendu, sur des chaînes occidentales, les tubes du groupe Nirvana, sa vision du monde a changé. Résolue à devenir l’égérie d’un groupe de punk-rock, la voilà contrainte de se rabattre sur Grigor, jeune guitariste flegmatique avec lequel elle multiplie les provocations, sans succès.
Dégoûtée par le carriérisme fulgurant de son cousin Andreï, devenu un politicien maffieux, elle assiste, impuissante, à l’hospitalisation de son grand-père dont les idéaux trahis virent à la confusion mentale… Ce premier roman sait trouver le ton, décalé, elliptique et nerveux, pour conjuguer l’univers intérieur de l’enfance et les bouleversements de la grande Histoire. L’héroïne, qui doit autant à l’effrontée Zazie qu’à l’intrépide Fifi Brindacier, subvertit avec une naïveté fantasque la langue de bois du totalitarisme et les faux-semblants de la démocratie.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net