ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Gravelle, Sizly

et les anarchistes naturiens contre la civilisation industrielle


Pour une redécouverte de ces pionniers précoces de l’écologie politique, qui avaient imaginé une trajectoire de substitution au gigantisme industriel. Qui se souvient encore du mouvement des anarchistes naturiens, fondé en 1894 ? Critiques du gigantisme industriel et de la technique, pionniers oubliés de l’écologie politique, les naturiens, comme certains décroissants aujourd’hui, furent en leur temps méprisés, disqualifiés – notamment par les marxistes – comme des prolétaires ignorants, des petits artisans rêvant d’un illusoire retour au passé ou des intellectuels petit bourgeois aveuglés par leur utopie.
Et pourtant, leurs écrits nous montrent la violence de la croissance urbaine et industrielle du début du XXe siècle, et le dégoût qu’elle a pu susciter. Et ces apôtres de la " vie naturelle " nous lèguent une réflexion d’une troublante actualité. Pourfendeurs des ravages de l’industrialisation, du mythe du progrès et de l’expansion impérialiste, ils ont milité, jusqu’à l’expérimentation concrète, pour une vie simple et frugale, fondée sur le refus des marchandises frelatées.
En une passionnante introduction et un choix de textes particulièrement éclairant, François Jarrige invite ici à la redécouverte de ce mouvement porteur d’idéaux et de craintes qui demeurent plus que jamais les nôtres. On découvre ainsi dans ce livre que loin d’être des marginaux ou des excentriques, les naturiens, qui contestaient l’ordre industriel au profit d’un retour à un mode de vie plus simple et naturel, s’appuyaient déjà sur de nombreuses alertes énoncées dans le monde entier contre le " progrès " et ses dégâts : la déforestation, la pollution, l’alimentation chimique, l’épuisement des ressources...
Les naturiens refusaient d’être enfermés dans la fausse alternative entre le retour aux cavernes ou la poursuite inéluctable du développement industriel et mécanique. Ils ont tenté de dessiner une autre voie, plus simple, fondée sur la promotion de l’autonomie, sur l’entraide, sur la simplicité volontaire contre l’exacerbation des faux besoins. Les analyses de la modernité industrielle présentées dans leurs textes révèlent sans doute toute leur force critique aujourd’hui, alors que le changement climatique et l’effondrement écologique deviennent chaque jour plus incontestables.
Tandis que les inégalités se creusent, que les marchandises continuent d’inonder le monde en suscitant en permanence de nouveaux besoins absurdes, les discours naturiens nous frappent par leur clairvoyance et leur contemporanéité. La décroissance et les naturiens sont tous les deux nés d’une révolte contre leur temps, tous les deux à la recherche d’une nouvelle harmonie avec le monde. Comme eux il y a plus d’un siècle, la décroissance tente aujourd’hui de s’opposer aux idéologues de la modernisation forcenée.
Les précurseurs de la décroissance Les auteurs réunis dans cette collection constituent les racines de la pensée politique de la décroissance. L’apport des anarchistes naturiens à cette pensée est présenté ici par François Jarrige ; la seconde partie de l’ouvrage est composée d’extraits qui offrent un accès direct à leur oeuvre.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net