ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Eugène Varlin

Internationaliste et communard


D’Eugène Varlin, exécuté sommairement comme tant d’autres à la fin de la semaine pendant laquelle le gouvernement de Thiers noya la Commune dans le sang, on retient d’abord la figure lumineuse de rigueur et de probité qu’il donna de lui pendant les quelques semaines qu’elle dura, notamment lorsqu’il fut en charge de ses finances. Maxime Du Camp, l’un des pourfendeurs les plus méprisants de la Commune, alla jusqu’à déplorer la manière dont il fut tué, à 32 ans.
Mais auparavant, pendant les dernières années du Second empire, Eugène Varlin avait déployé une énergie extraordinaire et fait preuve de talents de rassembleur et d’organisateur rarement égalés pour amener le monde ouvrier, et d’abord celui de Paris, fait d’ouvriers des fabriques et d’artisans, à s’associer et à se fédérer. Lorsqu’enfin, en 1864, le délit de "coalition" est abrogé, Eugène Varlin va initier et faire vivre divers organismes d’assistance mutuelle propres aux ouvriers mais aussi un magasin d’alimentation coopératif et, sous le nom de La Marmite, une série de restaurants ouvriers coopératifs.
En 1864 encore, un petit groupe d’ouvriers crée la section française de l’Association internationale des travailleurs et Eugène Varlin les rejoint. Jusqu’en 1870, il sera dans ce cadre un organisateur des plus actifs du soutien aux luttes ouvrières. En réponse au coup de force de Thiers, Eugène Varlin oeuvrera en première ligne pour l’établissement par le peuple de Paris de la Commune. Après les Finances, ce sont les Subsistances, puis l’Intendance qu’il est chargé de gérer.
Devenu minoritaire en son sein, il n’en participera pas moins jusqu’au dernier jour à la défense de la Commune, les armes à la main.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net