ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Visite dans l’Hadès


La façon singulière dont il traite son objet et sa qualité littéraire font de ce livre tout autre chose qu’un livre de plus sur la Shoah. Sa publication vient, en outre, enrichir la connaissance que le public français a de l’oeuvre d’Anders. La traduction de Besuch im Hades permet de faire connaître une autre partie de ce qu’Anders appelait son "encyclopédie du monde apocalyptique", sur les camps d’extermination nazis.
Ce texte, paru en Allemagne à la fin des années soixante-dix et inédit en français, est une tentative originale et courageuse de compréhension et d’interprétation des deux événements essentiels du XXe siècle que sont "Auschwitz" et "Hiroshima". A la différence d’Hannah Arendt (Les Origines du totalitarisme, 1951) ou de Raul Hilberg (La Destruction des Juifs d’Europe, 1961), Visite dans l’Hadès parle des camps d’extermination sans en parler.
Anders évoque, à travers les exemples de ses parents ou d’Edith Stein, la volonté d’assimilation des Juifs allemands avant 1933, en expliquant les effets de la Shoah sur la ville et la région de Wroclaw, mais il évoque cela indirectement. Le propos est de mieux décrire l’état d’esprit dans lequel se trouvaient les Juifs allemands que les nazis ont projetés d’exterminer, ainsi que les effets de la Shoah sur la ville et la région de Wroclaw.
La qualité scientifique et la dimension incontournable de cet ouvrage se trouve dans la confrontation de la philosophie andersienne à la Shoah, ainsi que dans la quête sentimentale et personnelle de l’auteur. Sa qualité littéraire tient au style d’Anders qui confirme une fois de plus qu’il est non seulement un grand philosophe, mais également un grand écrivain.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net