ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Rimbaud, la commune de Paris et l’invention de l’histoire spatiale


Ce livre n’est pas une exégèse de Rimbaud, ni une histoire de la Commune de Paris, ni une analyse de l’influence de la Commune sur la poésie rimbaldienne. Il vise au contraire à penser la parenté entre un événement poétique et un événement politique. La Commune est, selon Kristin Ross, un moment d’appropriation, de défense et de transformation d’un lieu par ses habitants mêmes, et les sujets de cette révolution sont non des membres de professions particulières, mais les citoyens de Paris en tant que tels – il y a ainsi une circulation permanente entre les barrières des classes et des métiers, entre les ouvriers, les artisans, les écrivains, les révolutionnaires féministes.
La Commune constitue en ce sens un mouvement de transgression et de redistribution de l’espace social et urbain. Elle s’élève contre les hiérarchies spatiales (entre les différents quartiers, entre la ville et la campagne, mais aussi entre la métropole et les colonies) et se donne l’espace urbain pour objet. Ce grand mouvement horizontal se ressent également dans la sphère culturelle, où sont interrogées les distinctions entre ouvriers, artistes et artisans ainsi que les oppositions entre le grand art et le reportage, ou le poétique et le politique.
Si Rimbaud devient le grand poète de la Commune, ce n’est pas parce qu’il entretiendrait un lien direct ou mécanique avec elle, mais précisément parce qu’elle forme la substance d’une grande partie de son œuvre poétique, en tant que tumulte, transgression, mobilité, hyperbole, ou iconoclasme. Avec cet ouvrage, Kristin Ross renouvelle en profondeur l’histoire sociale et culturelle en étudiant les réseaux de figures et de significations qui gouvernent l’inconscient d’une époque.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net