ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Les frères de Soledad


1960-1970 : les grèves, les émeutes, les révoltes de prisonniers se multiplient. L’empire pénitentiaire américain vacille. Pour les minorités raciales, la prison devient "un front nouveau de la révolution". Incarcéré à dix-huit ans pour un délit mineur, le jeune Noir George Jackson, est une figure de ce mouvement de lutte contre les "camps de concentration de l’Amérike fasciste moderne". Condamné à un an reconductible, il ne sortira jamais de prison, assassiné à trente ans par un maton.
Sa mort soulèvera des prisons à travers tout le pays car il était devenu "une légende vivante qui s’est très vite propagée dans tout le système pénitentiaire américain" comme le décrira un dirigeant des Black Panthers. En janvier 1970, trois détenus, dont George Jackson, sont inculpés du meurtre d’un gardien à la suite d’une révolte de prisonniers. Une vaste campagne de solidarité se met en place pour sauver ceux qu’on appelle les "Frères de Soledad" du "lynchage judiciaire".
Mis à l’isolement, George Jackson envoie des lettres, lit, étudie l’histoire, le marxisme, les luttes de libération nationale. Ce sont ces lettres que l’on peut lire ici. Des lettres violentes, révoltées, pleines de rage contre l’Amérikkke. Ce livre est un "poème d’amour et de combat", comme l’écrit Jean Genet dans sa préface.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net