ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Le rapport Brazza

Mission d’enquête du Congo : rapport et documents (1905-1907). Mission Pierre Savorgnan de Brazza, commission Lanessan


En 1903-1905, le scandale du " caoutchouc rouge " révèle les pratiques sanglantes des compagnies concessionnaires du Congo belge et menace les intérêts du royaume de Belgique sur le " continent noir ". En février 1905, l’affaire Gaud et Toqué, deux fonctionnaires français coupables d’exactions sur des prisonniers " indigènes ", éclate, obligeant les autorités françaises à mandater une mission d’inspection dans la colonie.
Ainsi commence la dernière mission menée par Pierre Savorgnan de Brazza du 25 avril au 14 septembre 1905 et qui s’achève par la mort de l’explorateur et fondateur de l’Afrique équatoriale française. A la tête d’une équipe d’une dizaine d’inspecteurs, Brazza a recueilli auprès des populations locales, de fonctionnaires coloniaux et d’agents des sociétés concessionnaires une masse considérable de renseignements qui fournit les bases d’un procès en règle du régime concessionnaire d’exploitation des ressources (caoutchouc et ivoire, surtout) de la colonie.
Régime de travail forcé, de répression généralisée, de prise en otage des populations qui reçoit l’appui de l’administration coloniale et engage la responsabilité du commissaire générale de l’époque Emile Gentil. Après la mort de Brazza, les documents de la mission sont confiés à une commission composée de hauts fonctionnaires coloniaux. Le rapport qu’ils établissent, pourtant indulgent sur bien des points, demeure si accablant que, malgré les demandes répétées de parlementaires et d’une partie de la presse, le ministre des Colonies décide, en 1907, d’en interdire la publication.
Imprimé en dix exemplaires classés " confidentiels " et enfoui dans les archives gouvernementales avec des centaines de pièces annexes, méconnu des historiens, le rapport Brazza n’a jamais été rendu public. En mars 2014, Le passager clandestin le publiera pour la première fois, dans une présentation détaillée de Catherine Coquery-Vidrovitch, accompagné de nombreux documents inédits. Une publication-événement qui éclaire tout un pan de l’histoire coloniale française et nous renseigne sur les mécanismes collectifs de son oubli.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net