ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Le feu vert

Autocritique du mouvement écologiste


L’émergence d’un mouvement écologiste nous permettra-t-elle de résister aux tendances totalitaires du système techno-scientifique ? Telle est la question que se posait Bernard Charbonneau il y a trente ans dans ce livre aux accents prémonitoires qui n’a pas pris une ride. En effet, à l’heure du développement durable et du capitalisme vert, on peut « penser que, sauf catastrophe, le virage écologique ne sera pas le fait d’une opposition très minoritaire, dépourvue demoyens, mais de la bourgeoisie dirigeante, le jour où elle ne pourra faire autrement. Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront
le sauvetage du peu qui en restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie ; ils ne croient qu’au pouvoir, qui est celui de faire ce qui ne peut être fait autrement. » Charbonneau propose de mettre en perspective le mouvement écologiste et de clarifier les contradictions qui le travaillent et risquent de le stériliser. Animé par des individus plus conscients du sens de leur action, c’est-à-dire de son origine et de ses fins, peut-être ce mouvement saurat- il mieux choisir ses objectifs et ses moyens pour sauver la nature sans sacrifier la liberté.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net