La social-démocratie domestiquée

La voie blairiste

La social-démocratie domestiquée

Tony Blair a quitté le 10 Downing street en juin 2007. Depuis ce retrait de la vie politique, le blairisme n’a pourtant jamais été aussi influent au sein de la social-démocratie européenne. Il est même publiquement célébré dans certains cercles conservateurs et néolibéraux. Stricto sensu, le terme “blairisme” renvoie à l’action politique entreprise par le New Labour au pouvoir, sous la direction de Tony Blair, puis de Gordon Brown. Il existe une acception plus large : le blairisme peut être pensé en terme de “modèle politique” ; une feuille de route qui inspire tout ou partie de la social-démocratie aujourd’hui. La “voie blairiste” ne relève donc pas du passé mais de l’avenir ; celui des forces socialdémocrates qui, de manière explicite ou implicite, adoptent une ligne politique blairiste. Cet ouvrage propose de revenir sur la genèse du blairisme, les débats qui ont été conduits autour de la “voie blairiste” ; ses politiques combinant libéralisme politique et économique, la méthode retenue pour rénover les services publics, la nature de la relation avec les syndicats ou encore les choix effectués sur le plan de la politique étrangère et européenne. Loin d’être un particularisme britannique, la blairisation idéologique et politique de la gauche est un phénomène qui affecte aujourd’hui tous les partis social-démocrates en Europe. Philippe Marlière est titulaire d’un doctorat en sciences politiques et sociales de l’Institut universitaire européen de Florence. Il est maître de conférences en science politique à l’Université de Londres, où il enseigne depuis 1994. Ses publications portent sur le socialisme français, la social-démocratie européenne et la troisième voie blairiste.

Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net