ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

La révolte des canuts

Les insurrections lyonnaises 1831-1834


Qu’Aristide Bruant, parfois bien mal inspiré, ait écrit cette chanson plus de cinquante ans après les insurrections lyonnaises montre bien l’importance qu’elles ont eue dans l’histoire sociale de la France.
En 1831, plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers, dispersés dans des milliers d’ateliers, sans organisation, se révoltent pour obtenir de meilleurs salaires et se rendent maîtres de la ville. Quelques vagues promesses suffisent à leur faire abandonner les positions conquises et reprendre le travail, Elles ne seront pas tenues, et les ouvriers en tireront la conclusion que ce régime de Louis-Philippe qu’ils avaient contribué à instaurer en 1830 est le ferme allié de leurs adversaires, ces soyeux qui prospèrent par leur travail.
Contournant la loi qui leur interdit de former des syndicats, ils s’organisent en associations. Le Pouvoir, né de l’émeute populaire, ne craint rien autant que la puissance que peut représenter les ouvriers coalisés. En 1834, il projette d’interdire leurs associations. A Lyon, pour les défendre, des ouvriers et des républicains déclenchent une insurrection. Mais le Pouvoir a tiré la leçon de celle de 1831, et des milliers de soldats sont à pied d’oeuvre pour les écraser.
Comme ce sera le cas à l’époque ailleurs en France, puis tout au long du XIXe siècle, c’est une répression aveugle et sanglante qui s’abattra sur les quartiers populaires de Lyon. Ces insurrections de Lyon ont révélé en France l’antagonisme fondamental entre ces deux nouvelles classes alors en plein essor, la bourgeoisie capitaliste et la classe ouvrière. Dans ce livre paru pour le centenaire de celle de 1831, Jacques Perdu en expose le contexte et le déroulement en s’appuyant essentiellement sur des témoignages de l’époque.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net